Un récent tweet de @bloculus m’a fait découvrir cette vidéo de @goldenmoustache initialement tourné autour du thème de l’amour propre.

Personnellement, j’y vois une illustration singulière du poids des mots. Les professionnels de l’accompagnement sont évidemment sensibilisés à l’impact du langage, puisqu’il s’agit d’un de leurs principaux outils. Mais d’une part, une piqûre de rappel de temps en temps ne fait pas de mal, d’autre part, je trouve cette illustration percutante. Et pour ne pas limiter ici mon propos au cadre du coaching, gardons 2 choses en tête :

  • Il n’y a pas que dans le cadre d’un accompagnement que le langage a un impact. Que ce soit lors d’échanges personnels ou professionnels : les mots ont toujours un poids qui peut être sous-estimé lorsqu’ils sont prononcés.
  • Imaginez maintenant l’impact que peuvent avoir certaines remarques et certains mots face à une population fortement suggestible comme des enfants…

J’y vois aussi une illustration du constructivisme social (de Peter L. BERGER et Thomas LUCKMANN) dont, pour mémoire, le postulat est :

La « réalité » perçue par chaque personne est une construction qui est le fruit d’un processus social :
c’est dans les échanges, dans les interactions entre individus, que la « réalité » se construit et se charge de signification.

La construction de sa propre réalité au fil des feedbacks reçus de l’entourage social est remarquablement mis en images.

En bref, je vois dans cette vidéo une métaphore du champs d’application du coaching. Un problème, qu’il soit personnel ou pas, est souvent lié à un point de vue. Le recours à un accompagnement de coaching permet d’en découvrir de nouveaux.

Note : Il y aurait aussi beaucoup à dire d’un point de vue narratif ici. Peut-être pour un prochain post ;-).